mercredi 31 juillet 2013

« La vie est dure, mais elle est belle puisqu’on y tient tellement. » François Truffaut

Il y a plusieurs mois, j’apprenais une de ces nouvelles qui vous bouscule. Qui remet en question vos certitudes et votre quotidien. Quelques mots, et mon petit monde intérieur s’est écroulé. En quelques secondes, mes sourires s’étaient envolées.

Durant 6 mois, c’était un boucan d’enfer, la tempête à l’intérieur, les cailloux dans le ventre. Je me sentais minuscule. Impuissante. Je crois que j’étais tétanisée par le peur, peur pour cette personne que j’aime plus que tout, peur de perdre mes repères. J’en ai tremblé, j’ai fait trop de recherches foireuses sur Google, je me suis imaginée mille histoires. Durant 6 mois, j’ai arrêté de respirer. J’étais redevenue une petite fille qui avait peur du noir et qui n’avait que son doudou pour se rassurer.


Depuis quelques jours, dû à l'attente des résultats, tous ces sentiments sont réapparues. Et puis, le verdict est tombé aujourd'hui. Le mot cancer s'est vaporisé. D’un seul coup, il n’y avait plus rien. J’ai repris ma respiration. Un sourire est apparu sur mes lèvres. Il ne va plus me quitter de la journée. Parfois, j’ai l’impression que la vie nous fait mine de rien des piqûres de rappels. Parfois, elle nous susurre des "Oh, regarde comme la vie est belle" , "Tu es chanceux, ne l’oublie pas" , "Savoure, la vie est si fragile et plus forte que tout" . Elle nous rappelle, à sa façon, de ne pas passer à coté de sa beauté. D’arrêter de courir, de travailler trop, d’être en apnée. D’arrêter d’avoir peur pour des broutilles et de passer à coté de l’essentiel. Elle nous rappelle de lever les yeux. De respirer. De ne pas oublier de savourer, chaque jour, sa poésie.



Souviens toi que la vie est belle !

Je vous embrasse.


Laura


1 commentaire:

Laissez un commentaire