jeudi 17 juillet 2014

¤¤ Pierre Rabhi, écrivain et philosophe ¤¤

En ce jour de vacances j'ai pris le temps pour un moment de détente ensoleillé au bord de la piscine avec Happinez.
Comme dans chaque numéro j'ai lu avec plaisir la chronique de Pierre Rabhi, un pionnier dans la défense d'une société plus respectueuse des hommes et de la terre. Je ne peux m'empêcher de partager avec vous son dernier article tout simplement censé.





"La quête du féminin m'a toujours accompagné. Je ne parle pas seulement du désir charnel, mais du besoin de l'amitié, de l'affection des femmes. Je crois à la nécessité d'en finir avec cette exaltation du masculin, entendu comme la volonté de puissance, l'agressivité, la domination. Je me sens profondément blessé par la subordination universelle de la femme. Combien d'hommes sont capables de s'assumer sans celles qu’ils jugent leurs inférieures? Combien de filles n'ont pas accès à l'éducation? Combien d'épouses sont encore opprimées ou battues? Je suis déconcerté que tant de vies puissent naître de cette rencontre violente entre le masculine et le féminin. Les familles, les sociétés qui en résultent, ne peuvent que connaitre un profond déséquilibre. Dans la nature, les deux sexes sont indispensables à la création. Le féminin l'est peut -être même davantage.
Lorsque j'étais éleveur, il y avait dans mon troupeau un bous pour trente bêtes. Une fois qu'il avait fait son office, il pouvait disparaître sans que cela affecte nullement la vie des petits qui, en revanche, n'auraient pas survécu sans leur mère. J'ai toujours été un peu jaloux de cet état de fait. Comment, devant le miracle de la procréation, ne pas se sentir...un peu surnuméraire? J'aurais tellement aimé vivre cette expérience fantastique de porter un enfant. C'est sans doute cette jalousie fondamentale qui engendre la violence chez tant d'hommes. Leur peur, fantasmée, de ne pas être indispensables. Même dans les pays les plus égalitaires, il nous faut corriger l'injustice et l'arbitraire, rééquilibrer le désir de conquête par l'instinct de protection de al vie. Je ne dis pas que l'un est masculin et l'autre féminin. Je crois à la présence de ces deux forces en chacun de nous. Je suis tout aussi révolté par ces discours qui mutilent les hommes en leur interdisant de pleurer, que par ceux qui prétendent réduire la féminité à la seule maternité. Il nous faut retrouver le sens de notre complémentarité. Entre nous, et en chacun de nous."

+source


Laura

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez un commentaire