vendredi 16 décembre 2016

Qui seras tu mon Paulo ?



Comme vous le savez j'ai repris le travail il y a peu, après plus d'un an de congé pour m'occuper de moi durant ma grossesse puis de mon bébé jusqu'à ses 13 mois.
Je suis "maikresse"! Et depuis quelques jours je me suis surprise à errer dans la cour de récréation, à observer les enfants lors de leur travail en classe, à observer le moment de séparation avec papa/maman le matin. Tout ça en me posant une seule question : qui seras tu mon fils? Que feras tu? Où iras tu? Qu'aimeras tu?


La vision de mon métier, ma façon d'être en classe, mes réactions face aux enfants ont considérablement changées depuis que je suis maman. J'ai toujours pris mon travail à cœur, avec vocation et dévouement. Mais désormais à cela s'ajoute l'angoisse. L'angoisse lorsque je dois annoncer à des parents que leur enfant a des difficultés, qu'il n'est pas dans la "norme", qu'il est triste, qu'il n'a pas d'amis, qu'il est désobéissant ou bien d'autres choses. Parce que je lis cette émotion dans les yeux des mamans que je ne pouvais pas comprendre avant de l'être moi même. Je lis la déception, l'inquiétude, la peur, l'étonnement parfois même la honte. Autrefois je ne gérais que les enfants, laissant finalement les parents sur la touche. Je manquais certainement de bienveillance et d'empathie. Aujourd'hui je reçois leurs émotions en plein visage, de plein fouet et je les comprends tellement!

Comment réagirai-je si d'ici quelques années on m'annonce que tu as des difficultés mon petit Paulo? Quelles décisions prendrai-je? Accepterai-je?

Plus je regarde ce qu'est l'école aujourd'hui. Ce qui se passe dans l'éducation nationale. Plus j'entends des propos aberrants de la part de la hiérarchie ou des collègues plus je m'inquiète et plus je me demande ce que va devenir l'école en France. Y trouveras tu ta place?

Actuellement tu es chez la nounou est déjà certaines réflexions me blessent, m'inquiètent. Mais je prends sur moi, je ne réponds rien. Je ne suis pas naïve, je vois bien que tu es un petit garçon "têtu" même si personnellement je préfère dire "obstiné". Tu sais ce que tu veux mon bébé et ce que tu ne veux pas. Tu n'aimes pas que l'on décide à ta place. Tu es empli de curiosité. Tu aimes vagabonder, toucher, essayer, tenter, découvrir. Je me rassure en me disant que tous les enfants sont comme toi, qu'ils n'aiment pas non plus être contrarié, peut être que je me trompe...

Souvent ton papa te regarde et me dit "Paul ne va pas être comme les autres". Tu lui semble singulier. Je trouve cela beau et en même temps inquiétant. Tu as le regard tellement vif, un caractère bien marqué, une curiosité hyper développée, tu es dur et tendre à la fois. 

Quand on est maîtresse on ne peut s'empêcher d'idéaliser son enfant car durant tout le début de ma carrière j'ai pensé à plusieurs reprises "ah j'aimerai que plus tard mon enfant soit comme lui" ou à l'inverse "mon Dieu j'espère ne pas avoir un enfant aussi difficile". On est humain et donc forcement on est touché par certains traits de caractère et moins par d'autres. Pour ma part j'ai toujours eu un petit faible pour les enfants que mes collègues n'appréciaient pas tellement. Peut être justement parce qu'ils avaient une singularité. 

Bref...

On ne sait pas mon Paulo ce que tu deviendras mais une chose est sûre c'est que l'on t'aimera et on t'accompagnera quoi qu'il arrive, je t'en fais la promesse.


Je vous embrasse.


Laura

5 commentaires:

  1. Très touchant ton article.. Mon 2e et comme le tien. Un caractère bien affirmé, curieux de tout, touche à tout.. Le dernier le suit déjà précocement. Et à l'école, cela se passe super bien ;). en tout cas, il est trop chou ton petit bout! Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ça me rassure un peu ce message! Merci, je t'embrasse

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

Laissez un commentaire